[critique] Skyfall, le dernier James Bond aurait pu mieux faire…

Ceci reste un problème récurent, il y a la bande annonce d’un coté et le film de l’autre. L’une étant un condensé encenseur, l’autre le résultat final. Le problème reste parfois que la bande annonce ne colle pas trop au film. C’est le problème de Skyfall, le 23ème James Bond de la saga. La bande annonce de Skyfall montre des scènes d’action à couper le souffle et des images chocs telles l’explosion du MI6, un métro londonien qui s’écrase dans une cavité et Daniel Craig en train de voguer dans le monde entier comme d’habitude à la poursuite des méchants.

Ce sera très probablement le goût en bouche que vous aurez après avoir vu Skyfall, c’est un bon film, mais contrairement à tout ce qui a été annoncé, il aurait été possible de mieux faire. Pourtant la venue de Sam Mendes à la réalisation apporte un vrai plus, les cadres et la façon dont Skyfall a été filmé restent remarquable. Néanmoins, sans vous révéler une miette de l’histoire de Skyfall, l’intro de Skyfall manque de piment, certes l’action y est, mais ce n’est pas comme d’habitude, cela ne ressemble pas, par exemple à l’intro de Demain ne meurs jamais, où l’action été compressée dans le temps par l’arrivée imminente d’un missile sur une base de terroristes russes.

Autre détail, il y a certaines actions qui sont à la limite de l’improbable, qui hélas ne restent pas expliquées, pour ne pas dévoiler l’histoire de Skyfall, cela se passe à la fin de l’introduction et au tout début de l’histoire. Le film dure 2h23, certains trouveront que c’est long, pourtant il n’y a pas trop de longueur et de paresse dans le scenario, en revanche ce qui reste presque choquant pour les fans c’est l’absence, au tout début du film de la classique mire que bond vise et atteint qui ensuite se rétrécie à la façon d’un iris, il aurait été plus judicieux de mettre cette mise en scène qui fait partie prenante de la saga James Bond au tout début et non pas à la fin de Skyfall juste avant le générique.

Les fans de Judi Dench seront satisfaits d’observer que Skyfall positionne et d’avantage en avant le célèbre M, ce sera le 7ème James Bond où M est interprété par Judi Dench à merveille on ne s’en plaindra pas! Daniel Craig quand à lui en est à son troisième James Bond, pour Skyfall un fait remarquable reste que Daniel Craig a souhaité réaliser lui-même la plupart des cascades. Dans Skyfall  il y a aussi les James Bond girls! Le rôle ayant été attitré à une française, Bérénice Marlohe. Une première aussi reste l’attribution du rôle du grand méchant à un espagnol, Javier Bardem sera Raoul Silva.

Dans Skyfall on en apprend aussi un peu plus sur le passé de James Bond et son enfance, on savait déjà qu’il était orphelin, pour Skyfall James Bond va devoir retourner sur les terres de son enfance pour mener à bien sa mission. Skyfall est aussi pleinement intégré à l’actualité, dans le monde actuellement les services de renseignements sont enclin à livrer une cyberguerre, c’est le cas notamment entre la Chine est les USA. Dans Skyfall une large partie du film est dédiée à cela. En parlant de technologie, il est bon de souligner le retour de Q et de ses gadgets, hélas peu nombreux et loin d’être exotiqueS pour cet opus de James Bond.

Skyfallse veut être un opus des aventures de James Bond particulièrement obscur, particulièrement orienté sur le fonctionnement du MI6 et de fait sur la fonction de M au centre de tous les affronts. Skyfall  joue ainsi la carte du désastre, menant le spectateur toujours au plus près de l’idée d’une fin inéluctable pour l’agent double zéros, le MI6 et ses collaborateurs dont heureusement le scenario parvient à ramener à l’équilibre. Pourtant avec un budget de 200Millions d’€uros et Sam Mendes en tant que réalisateur, il manque un peu de texture à l’édifice, Skyfall jouant sur les airs de la modernité en employant les codes des anciens James Bond, cela est un poil dommage, car avec plus de gags et de dynamisme, Skyfall  aurait pu être un James Bond roboratif, comblant toutes les faims et attentes des spectateurs.