Le Brésil des Carnavals

Le quartier du Pelourinho au style architectural colonial à Salvador da Bahia
Le quartier du Pelourinho au style architectural colonial à Salvador da Bahia

.

Dire que le carnaval au Brésil serait homogène en rapport à la manière de défiler et à la musique diffusée serait une grossière erreur! Dans ce pays si grand, qui compte pour près de 4,13 fois la superficie de la France, où la superficie d’un département tel le Vaucluse est celle qu’occupe la zone urbaine de Rio de Janeiro à elle seule, il y a forcément des différences! Déjà il suffit de se projeter en France: où dans ce petit pays où seulement 1000km séparent le nord du sud! En une heure d’avion déjà en traversant l’hexagone vous avez des différences flagrantes! L’accent au nord est différent de celui du sud, le caractère, les coutumes, les caractéristiques morphologiques différents aussi. Alors imaginez au Brésil!

Les chars du carnaval de Rio sont de vrais tableau ambulants, des œuvres d'art mobiles!
Les chars du carnaval de Rio sont de vrais tableau ambulants, des œuvres d’art mobiles!

.

Au Brésil la plupart des grands pôles urbains et hubs de population se concentrent sur la façade océanique, là où les conditions d’établissement furent plus aisées, là aussi où les colons de jadis débarquèrent et établirent leurs colonies. Les villes réputées pour leurs carnaval en partant du sud au nord sont: Porto Allègre, Saõ Paulo, Rio de Janeiro, Salavador da Bahia, Recife. Les carnavals dits du sud sont ceux de Rio de Janeiro, Saõ Paulo, Porto Allègre et ont eu une origine coloniale et européenne. À l’époque le carnaval était la traduction au Brésil de l’entrée de la période du carême. En Europe il était alors symbolisé par l’aspersion d’eau entre pratiquants accompagnés de lancers de farine, qui furent traduits plus tard par les confettis, plus hygiéniques. Les origines du carnaval au Brésil ont pour racine la chrétienté, car ce sont les portugais qui ont évangélisé les peuples présents au Brésil.

un bloc de rue au carnaval de Salvador da Bahia.
un bloc de rue au carnaval de Salvador da Bahia.

.

Ces carnavals dits du sud ont pour théâtre le Sambodromo où défilent de nos jours les écoles de samba qui primairement se dénommaient les “cordões”. Les cordões, que l’on traduit en français par cordons était des groupes de musique qui défilaient agglutinés les uns aux autres dans les rues de la ville. Le principal de ces carnaval est celui de Rio de Janeiro qui est devenu au fil des ans l’emblème du carnaval au Brésil et même la vitrine du carnaval brésilien de part le monde. De ce fait il est particulièrement millimétré, d’énormes efforts sont faits pour assurer la sécurité et faire en sorte que tout soit “clean”. Bien qu’inconsciemment les européens pensent qu’au Brésil tous les carnavals sont comme celui de Rio de Janeiro ils font erreur! Puisqu’à moins de deux heures d’avion de la cité carioca, se trouve Salvador da Bahia et sont carnaval totalement différent!

une ecole de samba defile au Carnaval de Rio, c'est haut en couleurs!
une ecole de samba defile au Carnaval de Rio, c’est haut en couleurs!

.

Salvador da Bahia a un grand passé colonial, il suffit de flâner dans les ruelles du Pelourinho non loin de la praça do Sé pour voir cette même architecture que l’on retrouve en certains points du Portugal. Salvador da Bahia c’était aussi le commerce triangulaire et l’esclavage. Les portugais déportaient de l’actuel Angola des esclaves qui étaient contraints et forcés de travailler dans les champs de canne à sucre. Pour les esclaves le Carnaval c’était un moment de liberté alors que cette dernière ne fut accordée aux esclaves brésiliens en 1888 lors de l’abolition de l’esclavage au Brésil. Pendant le carnaval, les “maîtres” des esclaves accordent la liberté à ces derniers qui étaient autorisés à emprunter des habits usagés issus de la bourgeoisie afin de faire la fête. C’est dans ce contexte que c’est bâti le carnaval dans les villes du Brésil ayant eu trait à l’esclavage.

Des participants en tunique tradiotionelles au carnaval de Salvador da Bahia
Des participants en tunique traditionnelles au carnaval de Salvador da Bahia

.

De ce fait dans le Nord-Este brésilien le carnaval est culturellement différent, on ressent cette forte influence africaine dans la musique où la samba est plutôt remplacée par le axé et d’autres musiques aux sonorités plus africaines. Les habits sont différents, les femmes sont usuellement vêtues d’amples tuniques blanches ou bariolés de couleurs. Ce type de carnaval se rapproche de celui pratiqué en Guadeloupe et dans l’arc caraïbien généralement. À Salvador da Bahia, le théâtre du carnaval n’est plus le Sambodromo mais la rue, dans d’autres villes comme à Recife, des quartiers historiques tels Olinda deviennent l’antre sacré du carnaval.

Le quartier d'Olinda à Recife, une merveille s'appretant à recevoir le carnaval.
Le quartier d’Olinda à Recife, une merveille s’appretant à recevoir le carnaval.

.

Comme vous le voyez, au Brésil le carnaval n’est pas globalisé, standardisé et produit de telle sorte qu’il soit identique du sud au nord et des plaines du Minais Gérais jusqu’au plages de Fortaleza: il est totalement différent selon les régions! Loin de ces clichés, lors de votre venue au Brésil vous n’aurez que l’embarras du choix, entre le carnaval réalisé dans la dentelle à Rio de Janeiro et le délirant joyeux bordel organisé dans les rues de Salvador da Bahia. Mais prenez garde, méfiez-vous des clichés! Le carnaval peux comporter des pièges et des mauvaises surprises! Zag-rider.com va vous aidez à les déjouer afin de ne pas transformer un rêve en cauchemar.

A Salvador da Bahia, les touristes paradent rarement dans la rue et préfèrent ces quartiers "VIP3 avec DJ, pas très dépaysant tout ça!
A Salvador da Bahia, les touristes paradent rarement dans la rue et préfèrent ces quartiers “VIP3 avec DJ, pas très dépaysant tout ça!

.