Carnaval de Nice 2016: la bataille des fleurs.

Carnaval de Nice 2016: la bataille des fleurs.

Dans le monde des nombreux carnavals qui se déroulent durant le mois de Février, le carnaval de Nice est bien le seul à proposer à ses spectateurs toujours plus nombreux cette particularité. Laquelle? Celle de copieusement les arroser de fleurs l’après midi avant de leur offrir à la nuit tombée le défilé du corso carnavalesque illuminé. La bataille des fleurs sur la promenade des anglais est une tradition qui remonte au 19ème siècle et avait aux origine pour but de divertir les nombreux touristes et de faire la promotion de la production florale locale.

Carnaval de Nice 2016: la bataille des fleurs. 1

Cette année à cause de la menace terroriste, une autre bataille s’est livrée avec discrétion avant le départ de la bataille des fleurs, celle des équipes de déminage. Ces derniers ayant vérifié chaque angle et recoins des 16 chars qui prennent part à la bataille des fleurs. Fleurir les chars de la bataille des fleurs est une tâche colossale. Une armée de fleuriste s’y attelle 72h avant le début de la parade et préparent 3500 bouquets dont la plupart seront lancés sur le publique.

Carnaval de Nice 2016: la bataille des fleurs. 2

Un publique dense qui s’est donné rendez pour l’inauguration du Carnaval de Nice 2016, dont sa majesté, Roi des Médias défilera d’ici quelques heures à deux pas de la promenade des anglais, sur la place Masséna transformée en mini sambodromo pour l’occasion. La bataille des fleurs est en quelque sorte un avant goût du corso carnavalesque illuminé, le burlesque est de mise avec des parodies des réseaux sociaux dont le char « Twittee » est l’exemple et surtout la main mise sur l’ambiance. Pour cela il fallait compter sur la dynamique B.A.T. Une brigade d’agitation des tribunes qui en plus des acrobaties arrosait copieusement le public avec ces diaboliques mortiers à cotillons et serpentins. L’ambiance du carnaval est maintenant implantée sur Nice jusqu’au 29 février 2016, année bisextille oblige!

A lire aussi: