Les Azulejos, patrimoine et fierté du Portugal.

Les Azulejos, patrimoine et fierté du Portugal.

azulejos-portugal-{E89DF160-B586-4841-B967-580FB82CC115}

Azulejos massif recouvrant la façade d’une église à Porto.

Comment parler de la culture portugaise sans aborder les Azulejos? Les azulejos sont des éléments en faïence qui assemblés donnent lieu à des fresques ou des motifs. Les azulejos sont donc des éléments incontournables de l’architecture portugaise et contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’étymologie du mot azulejos ne vient pas du mot portugais « azul », bleu en français, le bleu étant pourtant la couleur dominante des azulejos. Le mot tire ses origines de l’arabe « al zulaydj » qui désigne une pierre polie.

azulejos-portugal-{AA9BA26C-702D-4C73-AC92-976AFC5F5E1A}

Charmante battisse et ses azuléjos sur les flancs du Douro.

Les azuléjos sont présents sur tous les monuments principaux de la ville de Porto, les églises, les bâtiments municipaux et l’incontournable gare de São Bento, nichée en plein cœur de Porto, où son hall d’accueil est recouvert sur près de 500M2 de ces fameux azulejos retraçant des scènes de bataille et d’histoire du Portugal telle la scène de bataille d’Henri le navigateur à la conquête de Ceuta ou encore Egas Moniz qui se présente accompagné de sa famille au roi León.

azulejos-portugal-{1E3EDD68-7D22-479F-9A77-2F1819EBCC78}

Il existe même des azuléjos apposés sur les façades des maisons et des immeubles. En plus du rôle décoratif, les azulejos dans ce cadre d’usage possèdent l’avantage d’aider à harmoniser les niveaux de températures au sein d’une maison et de contribuer à l’isolation de l’habitat. Utilisés dans l’architecture portugaise depuis le 15eme siècle, les azuléjos en ce début de 21ème siècle ne sont pas prêts de se faire remplacer par du simple enduit, bien que certaine des plus anciennes de ces mosaïques d’ornement souffrent du temps qui passe.

azulejos-portugal-{EDE3C5DE-A530-4841-897B-F22828A24C54}Les Azulejos indiquent même le nom de la rue ici à Cascais.

A lire aussi: